HP7.jpg

Paysages

JoAn-Bettini_Nov2010_43.jpg
 Peinture sur toile 140cm x 100cm
JoAn-Bettini_Nov2020_60 pg.jpg JoAn-Bettini_Nov2020_62 pg.jpg
Peinture sur toile et bols de pigments 80cm x 150cm

JoanBettini_Peint_Janv21_0029.jpg
Peinture sur toile 100cm x 160cm
JoAn-Bettini_Nov2020_62 pg.jpg
Peinture sur toile et tasse d'encre 25cm x 65cm

JoAn-Bettini_Nov2020_1.jpg
3 tondos sur bois; diamètre 20cm
IMG_20171127_120711.jpg JoAn-Bettini_Nov2020_32.jpg
 

Peinture sur calebasse 25cm x 35cm

Tondo sur bois 20cm x 20cm

diptyque1.jpg diptyque2.jpg
Acrylique sur toile 200cm X 180cm Acrylique sur toile 200cm X 180cm
diptyque3.jpg diptyque4.jpg
Acrylique sur toile 200cm X 180cm Acrylique sur toile 120cm X 200cm
diptyque5.jpg
Acrylique sur toile 200cm X 50cm

Regarder du vert

Je crois effectivement que c’est dans ce plaisir ancré dans la matière (je ne parle pas des « effets » de matière, si scolaire et si palliatifs) mais ce plaisir de la faire venir, de la faire remonter, apparaître, être « là », maintenant, c’est là que cette expo ne ressemble pas à celle d’un autre. J. Bettini est arrivée à matérialiser sa couleur verte de prédilection dans quelque chose qui n’est que pictural, même s’il y a les toiles, les trames, les coutures, les tissages et leurs imprégnations.
On peut à mon avis alors parler de « l’échelle » des choses, incertaine, on est un peu obligé d’être dans quelque chose à voir, et pas se tenir à distance, devant. L’œil semblait à chaque fois devenir une main, tant ces deux choses me paraissaient liées chez elle. Alors, contemporain, là dedans ? Difficile d’y répondre en fait, c’est la question que je me pose tous les jours, sachant qu’on peut je pense être contemporain dans un autre rapport au temps ? (Morandi, c’est bien parce que justement ça dure 40 ans, c’est arrêté et ça continue pourtant…) Il y a bien sûr une lecture nostalgique de la peinture, surtout justement lorsqu’on convoque l’histoire de celle qui est abstraite. Mais peut être est-ce tout simplement cette résistance à ce monde d’images, à ce monde très court où l’on ne parle que de compression et de miniaturisation, d’instantanéité, que l’insupportable temps qu’il faut pour peindre me paraît jouable. Quelque chose de temporellement incorrect, la notion de présence, le rôle de la main pour connaître, trop souvent gommé de notre rapport aux œuvres d’art dans notre vie de tous les jours. Une forme de résistance ? Dans notre monde devenu celui du spectacle, il y a peut être, non pas à résister comme si l’on rêvait encore que les prophéties n’arrivent pas, mais à accepter que c’est fait, et c’est ce qui n’est pas spectacle qu’il faut décoder. Arrêter le temps, afin de poser un regard. Et voir « autrement », comme je réponds toujours à ceux qui me posent la question sur mon propre travail. Si je regarde des objets, je crois qu’on peut continuer à regarder du « vert » ?

David Bioules
Déc 07



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !